La plupart des chirurgies d’augmentation mammaire se passent bien avec très peu de complications ou d’effets secondaires. Cependant, comme pour toute chirurgie esthétique, il existe certains risques dont les patientes doivent être conscientes.

Généralement, après une plastie mammaire pour agrandir les seins par implants, les potentielles complications comprennent l’infection, les problèmes d’anesthésie, les saignements, les hématomes, les cicatrices, la contracture capsulaire et l’ondulation.

Cependant, il convient de noter que malgré l’attention qu’il reçoit dans les médias, une forme de cancer du sein appelée lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC), qui peut être associée à une augmentation mammaire, reste extrêmement rare et généralement associée à des implants texturés.

La déformation

La déformation ou la « double bulle est la plus commune de toutes les complications. Cela se produit lorsque l’implant monte trop haut sur la paroi thoracique et que le tissu mammaire tombe en dessous. Cela peut être dû à une contracture capsulaire ou à une mauvaise prise de décision de la part du chirurgien et de la patiente. Par exemple, une patiente qui a besoin d’un lifting peut décider de renoncer à la chirurgie de crainte d’avoir des cicatrices. Pour traiter cette complication, le chirurgien enlève habituellement les implants et les remplace. Typiquement, un lifting des seins est également effectué.

En cas de contracture capsulaire, de nombreuses patientes n’auront pas besoin d’un lifting des seins. En effet, dans ce cas, il faut simplement enlever la capsule (tissu cicatriciel) et remplacer les implants.

Une forme rare de « double bulle » se produit lorsqu’un implant mammaire tombe en dessous du pli inframammaire au lieu de se projeter vers l’avant. Cela crée une ligne à travers la partie inférieure de la poitrine. Heureusement, c’est très rare.