Entre esthétisme et art, il n’existe qu’une ligne très fine, à savoir l’éthique médicale. En effet, le concept de la chirurgie esthétique artistique n’est qu’un fait de l’extrémisme capricieux de certaines personnes voulant à tout prix se démarquer des clichés et des stéréotypes créés par les experts de la beauté.
Du changement de la pigmentation à l’établissement d’un nez très pointu en passant par l’augmentation excessive de la poitrine, autant de chirurgies esthétiques qui peuvent être considérées comme un acte alliant art et esthétisme.

chirurgie-esthetique-tunisie

Néanmoins, ce rapprochement entre les deux domaines ne doit en aucun dépasser les limites afin de ne pas engendrer des complications graves sur la santé de l’individu. Du coup, des interventions comme la blépharoplastie, la greffe de cheveux, l’augmentation des fesses, etc, ne doivent pas être un objet d’essai excentrique car les répercussions seront très graves.

On peut dire aussi que l’art de la chirurgie esthétique dépend essentiellement de la dextérité du chirurgien et de son sens d’imagination capable d’harmoniser les diverses parties du corps. Le rendu final doit toujours être appréciable par le patient et par son entourage.

Le respect du code déontologique est t-il nécessaire ?

Effectivement, même s’il s’agit parfois d’une chirurgie légère et ayant un aspect artistique comme l’élargissement du front. D’ailleurs plusieurs pays sont sous la législation d’Ordre des Médecins afin de réglementer tout acte médico-chirurgical. Parmi eux, la chirurgie esthétique en Tunisie dont les chirurgiens sont amenés à respecter tous les décrets normalisant ce secteur.